Deutsche Qualität

Avec ses modèles haut de gamme aux lignes épurées et ses transmissions par courroie, Schindelhauer, petite marque venue d’Allemagne, est en train de se faire une place à part dans le milieu du vélo urbain.

« Le plaisir du vélo à l’état pur ». Telle est la devise de Jörg Schindelhauer, le créateur de la marque éponyme. Et c’est parce qu’il souhaite avant tout respecter cette vision de la Petite Reine qu’il conçoit des produits au style très épuré, presque minimaliste, à l’élégance intemporelle. L’idée ? Renoncer à tout détail superflu, ce qui leur confère ce caractère unique et original. Et ce qui fait de ces modèles estampillés Schindelhauer bien plus que de simples moyens de transport. « Nous mettons l’accent sur le côté sportif et urbain, mais aussi sur le style, explique le créateur. Le tout, sans avoir à se préoccuper de la maintenance. » Faible entretien, durabilité et fiabilité semblent en effet être les maîtres-mots du fabricant. Pour cela, Schindelhauer a opté pour des transmissions par courroie plutôt que par chaîne, ce qui est aujourd’hui sa marque de fabrique. « Le système par courroie ne nécessite que très peu d’entretien, c’est son principal avantage, poursuit le responsable. Pas d’huile ou de graisse, la courroie est complétement propre et sèche, et est donc parfaitement adaptée à une utilisation quotidienne soutenue. » Conçue en polyuréthane et renforcée par des fibres de carbone, la courroie Schindelhauer est très légère et sa durée de vie est trois fois plus longue qu’une chaîne traditionnelle. Sans oublier ce plaisir unique de conduire une machine silencieuse.

Cette année, la marque a légèrement revu sa gamme en ajoutant notamment une nouvelle version de son Siegfried avec un guidon Drop Bars, et en créant une version femme du Friedrich, le Frieda. Un modèle pensé pour les femmes souhaitant un équipement complet (lumières, garde-boues, porte-bagages…) sans faire de compromis avec le style. Schindelhauer présente également deux éditions limitées : le ThinBike BFS issu d’une collaboration entre la marque et le salon Berliner Fahrradschau, ainsi que le Viktor RedRace, l’un des tous premiers vélos au monde proposant une courroie entièrement rouge.

Ambitions françaises

Si le responsable semble être pleinement satisfait du développement de sa marque dans les grandes métropoles européennes, il aimerait néanmoins accélérer le pas sur le marché français où Schindelhauer reste encore sous-représentée. « Nous travaillons dans ce sens, pour sensibiliser les utilisateurs autour de notre marque, explique-t-il. Mais je sais que les Français ont le sens du design et sont demandeurs d’artisanat de qualité. Je suis donc convaincu que nos modèles gagneront le cœur des amoureux de vélo urbain. » Un pari en passe d’être (largement) gagné.

Thomas Héteau

steelcyclewear-blog-schindelhauer